Eesti English
Français
L'Estonie et la France »

Relations culturelles

18.12.2014

La coopération culturelle entre les deux pays est active. La culture estonienne en France est représentée depuis début 2007 par un conseiller culturel travaillant à l’Ambassade. De 2001 à 2008, l'Institut d'Estonie a également été représenté en France. Pour organiser des événements, les instituts culturels hongrois et finlandais à Paris ont apporté beaucoup de soutien.

Il existe de nombreuses associations d’amitié au niveau local, grâce auxquelles voient régulièrement le jour des manifestations destinées à faire connaître l’Estonie. Parmi les partenaires qui y contribuent le plus, figurent les villes jumelées avec des villes estoniennes (Chambrey-les Tours jumelée avec Võru et Quincy-Sous-Sénart jumelée avec Saue) ainsi que les consulats honoraires d’Estonie en France. En 2012, la mairie du centre ville de Tallinn et son homologue à Carcassonne ont singé un accord de jumelage.

En 2011, le festival Estonie toniquele plus grand événement depuis toujours à faire connaître la culture estonienne en France - a été organisée à Paris et en Ile-de-France. Pendant 2 mois, plus de 200 artistes se sont rendus à Paris où une cinquantaine d'événements à été organisé: concerts, expositions, spectacles de théâtre, projections de films, conférences, soirées littéraires. Le festival a été organisé en coopération entre les ministères estoniens et français de la culture et des affaires étrangères, le programme a été mis en oeuvre par l'Institut français et l'Ambassade d'Estonie à Paris. 

Pendant le festival, le ministre français de la culture Frédéric Mitterrand a nommé le compositeur Arvo Pärt chevalier de la Légion d'honneur. L'ambassadeur de France en Estonie, Frédéric Billet a décoré en janvier 2012 les promoteurs de la coopération culturelle franco-estonienne. La compositeur Helena Tulve, le chef de choeur Vox Clamantis Jaan-Eik Tulve, le coordinateur principal estonien pour le festival le secrétaire général du ministère de la culture Ragnar Siil, le réalisateur Ilmar Raag, le metteur en scène (et professeur de français) Lembit Peterson, le chef d'orchestre Paavo Järvi et la conseillère culturelle à Paris Kersti Kirsont été décorés par l'Ordre des Arts et Lettres.

Parmi les événements organisés en 2013, le plus remarquables ont été le festival "De Tallinn à Carcassonne", l'Année balte à Marly-le-Rois et la participation estonienne (pour la première fois) aux Jeux de la Francophonie. L'Estonie y a été représentée dans la catégorie de danse et de photographie. 

Pendant le festival "De Tallinn à Carcassonne" les curieux pouvaient participer à un atelier d'architecture, à une matinée de contes de fées par Lembe Lokk et Jean Christophe Onno, à l'exposition de l'architecture "50 maisons" ainsi qu'à celle d'art "Murmure", à une matinée littéraire avec les traducteurs français et à la projection des films "Mirjam", "La Révolution Chantante", "Une Estonienne à Paris", "Le Bal d'automne", "La classe" et des films de Priit Pärn au cinéma Le Collisée. La mairie du centre ville de Tallinn et son homologue de Carcassonne ont signé un accord de jumelage. 

Pendant l'Année balte à Marly-le-Roi une exposition de Kaia Kiik et d'Aire Gout-Allikmets a été organisée, le jour de Saint-Jean a été fêté ensemble avec le groupe Ska Faktor, à Noël, les intéressés ont pu voir le spectacle du Théâtre des Marionnettes de Viljandi et le film "Noël des Coccinelles".


La musique

Les musiciens estoniens sont appréciés en France et les présentations de musique estonienne (avant tout Pärt, Tüür ou Tulve) ont trouvé place dans le répertoire de nombreux ensembles français. Des orchestres parisiens prestigieux sont régulièrement dirigés par les chefs d’orchestre Neeme et Paavo Järvi. Ce dernier restera en tête de l'Orchestre de Paris jusqu'en 2016. Depuis 25 ans, Vello Pähn dirige l'orchestre du ballet de l’Opéra Garnier plusieurs fois par an. Le groupe Vox Clamantis et le chef d'orchestre Neeme Järvi ont été les invités du festival La Folle Journée de Nantes. Le groupe de blues de Tartu Bullfrog Brown a présenté sa musique au festival de Beauvais. La pianiste Tatiana Smelova et la violoniste Kristi Kuusk se sont installées en France. Plusieurs jeunes musiciens font leurs études aux conservatoires français.

L'album "Good Man Down" du groupe Ewert and the Two Dragons, publié par Talitres en 2012 a été un succés parmi les amateurs ainsi que les critiques de la musique. Le groupe a effectué plusieurs tours en France, entre autres au Printemps de Bourges, à Europavox et au festival Fnac Live.

En 2013, l'artiste Pastacas a donné un concert à Paris et à Nantes, le groupe Jazzkvintette de Jaak Lutsoja à Marseille au festival Jazz sur la Ville ainsi qu'à Paris au festival Jazzycolors.


La littérature

La littérature et la poésie estoniennes sont parvenues jusqu’aux lecteurs français grâce au long travail dévoué d’une poignée de traducteurs tels qu’Antoine Chalvin, Jean-Luc Moreau, Jean-Pascal Ollivry et quelques autres. L’année 2004 a vu la parution de l’épopée estonienne « Kalevipoeg », traduite par Antoine Chalvin. Ont été traduites en français entre autres des œuvres de Tõnu Õnnepalu, Jaan Kross, Jaan Kaplinski, Viivi Luik, Arvo Valton et Karl Ristikivi. Entre 2008 et 2010, l'édition Gaia a publié les 5 tomes de "Justice et Vérité" de Tammsaare. En 2010 l'édition Gallimard a publié "Un roman estonien" de la jeune écrivaine estonienne Katrina Kalda qui écrit en français; Richard Millet a écrit en 2011 également à Gallimard son carnet de voyage "Notes sur l'Estonie"; en 2013, le roman "L'Homme qui savait la langue des serpents" d'Andres Kivirähk a été traduit en français ainsi que "L'Enigme de Saint-Olav: Melchior l'Apothicaire" d'Indrek Hargla.

Le roman "Purge" de Sofi Oksanen (édition Stock) a remporté le prix Femina étranger en 2010. En 2011, les Français pouvaient lire en français "Les vaches de Staline" d'Oksanen.

Après la publication de "L'Homme qui savait la langue des serpents", une rencontre de Kivirähk avec les lecteurs a été organisée à Paris, à Strasbourg, à Auxerres. En même année, 2013, Sofi Oksanen a présenté en France son livre "Quand les Colombes disparurent", traduit en français et en occitan. Après la parution du roman de Hargla, les journalistes français ont voyagé en Estonie pour visiter les lieux du roman. La littérature estonienne était représentée au festival Les Boréales, l'écrivaine Piret Raud a été invitée au salon de la littérature à Montreuil (ses livres "Le thé des poissons et autres histoires" et "Sa majesté Ver-de-Terre et autres folles princesses" étaient traduits en français).


Le film

Le film estonien a régulièrement été représenté au festival à Annecy, à Rouen, à Clermont-Ferrand, à Cannes. En 2008, le film "La classe" d'Ilmar Raag a remporté le Grand prix au festival "Les 4 écrans" de Paris. En 2011, le court-métrage "Vahetus"d'Anu Aun a remporté le prix du meilleur film étranger au festival Paris Courts Devant et le prix spécial du jury au festival Aye-Aye de Nancy-Lorraine.

En 2012, à l'occasion des festivités "100 ans de film estonien", notre art cinématographique a été dévantage représentée au festival de Cannes. Le festival a vu également la naissance du cluster de l'export du film estonien "Estonian Film Commission".

En automne 2012, le film "Une Estonienne à Paris" d'Ilmar Raag (coopération franco-belgo-estonienne) est arrivé aux cinémas français et estoniens où le rôle principal est joué par Jeanne Moreau.

En 2013, le film "Kertu" d'Ilmar Raag a participé au festival international d'Arras où il a remporté le prix du public. Une retrospective des films de Priit Pärn a été organisée à Paris aux Forum des Images en même temps avec la parution d'un DVD de ses films.


L'Art et la photo

A partir d'Eduard Wiiralt, nombreux sont les artistes estoniens qui ont fait leurs études à Paris ou se sont même installés dans cette ville. La sculpteur Maire Männik a fait ses études à l'Académie de la Grande Chaumière et à l'Ecole des Beaux-Arts; ses meilleures oeuvres ont été réalisées en France; Urmo Raus et Aili Vahtrapuu ont fait des études en France; nos artistes Rein Tammik, Kaia Kiik, Aire Goutt-Allikmets, Irina Bellaye et Helina Rääk se sont installés en France. 

Dans plusieurs villes françaises (Renne, Lille, St. Brieuc, Cagnes-sur-Mer, Caen, Paris, Tours, Toulouse) les expositions qui font connaître l'art estonien (la photographie, le design, la vidéo, les bijoux) sont organisées depuis ces dernières années.


L'architecture

Depuis quelques années, l'architecture estonienne a trouvé des intéressés en France. Les architectes Estoniens ont une coopération fructueuse avec leurs collègues Français à l'organisation de la compétition européenne d'architecture Europan.

En mars 2010, pendant les Journées d'Estonie à Strasbourg, les curieux pouvaient écouter à l'Université de Strasbourg un cours sur l'architecture contemporaine estonienne et admirer l'exposition "50 maisons". En été 2011, les journalistes en architecture ont fait un voyage en Estonie suite auquel plusieurs articles ont été publiés dans D'A et A Nous Paris.

TopBack

© L'Ambassade d'Estonie à Paris 17, rue de la Baume, 75008 Paris, tel. 01 56 62 22 00, e-mail: estonie@mfa.ee